Business in Japan...Multi cultural Business theme 1

Publié le par Zhealy

Je reprends les articles de mon autre blog ici.

Cependant, le thème de l'interculturel dans le monde du travail m'intéresse assez pour que j'en fasse; certainement, une série.

Cette dernière sera basée à la fois sur mon expérience au Japon, et sur les diverses lectures que je fais, et ferai. Je ne manquerai pas de vous indiquer toutes les références bibliographiques, vidéo nécessaires.

Travailler à l'étranger est, en effet, un rêve pour certain, un cauchemar pour d'autres, une expérience de quelques années pour d'autres encore. Dans tous les cas, ce thème fait partie de ceux qui ne laissent jamais indifférents.


Et travailler au Japon?


On peut croire que cela doit être passionnant de vivre au Japon...trop subjective, je dirais oui.

Cet article est une simple et rapide introduction sur le sujet, et ne se base que sur mon opinion et mon expérience.

Mais, méfiance, travailler et vivre au Japon, travailler avec des japonais lorsque l'on a baigné dans une culture occidentale, est très difficile, et parfois épuisant!

Quelles sont les spécificités japonaises à connaître, pour pouvoir réussir son intégration puis évolution professionnelle? On dit que les japonais travaillent beaucoup, et qu'ils evitent de partir trop tot, de peur de paraitre malpoli et peu enclins au travail...C'est tres vrai.


Mais comme pour beaucoup de choses, l'image d'Epinal grossit un trait, mais en masque d'autres...

Les Japonais travaillent beaucoup, et tard tous les jours....C'est vrai... Mais pas pour tous les japonais, cependant. Et les jeunes japonais ne sont pas aussi pointilleux. Je donnerais ici l'exemple de mon amie Y..., qui travaille pour une entreprise de production cinématographique. Elle  m'a dit sans complexes, alors que cela faisait tout juste 3 mois qu'elle travaillait, qu'elle quittait à 17h30, sans plus attendre, heure légale de fin de journée pour elle! Notons néanmoins que Y... a vécu en France, et est beaucoup plus moderne, ouverte d'esprit et entreprenante que la majorité des femmes japonaises!



Pour le reste, au Japon la priorité est mise sur le pays! Les japonais sacrifient leur vie pour le Japon. Ce n'est pas le seul pays, mais c'est certainement un pays où cette tendance est la plus marquée et reste la plus vraie. Ce n'est plus aussi vrai pour les nouvelles générations, qui, n'ayant pas vu leurs pères, toujours absent et au travail, ne veulent pas de cette vie-là et la rejettent en masse, choisissant de devenir "freeter" .


De plus, il ne faut pas négliger la hiérarchie sociale! Une idée, une proposition? C'est toujours apprécié, mais il ne faudrait pas prendre l'initiative de mettre en pratique ce que l'on pense positif sans avoir constitué un dossier, remis à son supérieur direct, qui, s'il juge cela valable, le remettra à son supérieur, qui le fera monter si jamais cela lui semble intéressant, et ainsi de suite. Puis, ainsi que le dossier est monté, il redescend! Je sais que vous pensez cela très administratif, lourd et inutile...moi je le pense vraiment, car, bien que les dizaines de tampons rouges soient très jolis - ces tampons sont la calligraphie des noms des supérieurs ayant signé-, vous perdez beaucoup de temps.


Mais il ne semble pas que le temps soit une notion prédominante au Japon. Ou, du moins, que le temps a une autre valeur et definition... Les procédures doivent être respectées, avant tout.


Professeur, je passais plus de la moitié de mon temps à traiter des détails administratifs - rapports, demandes diverses, préparations de réunions auxquelles je n'assistait pas forcément- et le reste à enseigner... Des procédures qui, à mon avis, rendent le système japonais assez lent, et peu efficient.


Ainsi, s'il est vrai que les japonais travaillent beaucoup, il est aussi vrai que travailler en team avec des japonais demande beaucoup de patience. Ils savent travailler en groupe, la communauté prévaut sur l'individu dans la culture japonaise, mais ils ont besoin de l'avis de tout le monde, de l'accord de tout le monde, avant de prendre une décision. Comme partout, me direz-vous! En fait, ce que j'entends par là est le fait que les japonais ne veulent pas blesser l'autre car ils ne sont pas du même avis, et, donc, se garderont bien d'exprimer leur opinion.

Commenter cet article

Michel 25/08/2008 22:40

J'irai sur l'autre aussi, et j'espère que tu vas le garder !Très grandes bises, Zhealy !!!!!!

Zhealy 26/08/2008 09:35


Je le supprimerai, c'est pourquoi je transfere tout ici...du moins ce que je veux garder.

Cela me permet de faire vivre ce blog sans trop me fatiguer, aussi ... ;-)


Michel 25/08/2008 14:06

Ces aspects sont très intéressants et effectivement je me souviens que tu en avais déjà parlé.Tout dépend de ce que l'on cherche en travaillant à l'étranger. L'adaptation est certainement facilitée au maximum, voire même, elle est acquise, si la motivation de cette existence est claire, et si elle se trouve satisfaite. Il me semble que l'on a plaisir à accepter de baigner dans une culture différente, si ce tranfert a pour cause l'intérêt pour cette culture, la volonté de dépaysement, ou une volonté de prendre un point de départ nouveau. Dans ces cas, il me semble que l'acceptation, l'adaptation à une culture différente est facile et     agréable...Evidemment, si l'on ne va à l'étranger que dans par calcul professionnel, il est probable que l'immersion soit plus difficile.Bonjour Zhealy, je suis heureux de te retrouver, mais je n'ai plus me semble-t-il tes adresses dans mes boites. Peux-tu m'écrire, s'il te plaît ? Très grandes bises, et à très bientôt !!!!!!!

Zhealy 26/08/2008 09:36


Je vais le faire tout de suire.

Merci de tes reflexions, j'y reviendrai


michel 24/08/2008 15:23

Merci beaucoup Deborah pour cet article très intéressant.Heureux de savoir que certains Japonais prennent un peu le temps d'exister en dehors du boulot.Bien à toi.