Brave New World- Aldous Huxley

Publié le par Zhealy

BRAVE NEW WORLD


ALDOUS HUXLEY



Image Hosted by ImageShack.us



Le chef d'oeuvre d'un visionnaire qui n'a eu de cesse de réfléchir sur le devenir de l'Homme, et sur les systèmes politiques associés à la modernité, au progrès.



Un roman culte...dont je n'avais jusqu'à présent que lu des extraits, et que j'ai eu la chance de voir interprété au théâtre, en anglais alors que j'étais en Première, au Lycée Michel de Montaigne, à Mulhouse.

A l'époque déjà, j'avais été marquée par cette histoire , dont le thème est repris dans le non moins dénonciateur "Welcome to Gattaca".



L'humanité n'est plus, au sens propre du terme. Le Monde est régenté par Our Ford, nouveau Dieu, qui a crée et régi un monde où l'on naît en éprouvette, où l'on est génétiquement déterminé à appartenir à une caste: Alpha +, Alpha Minus, Beta, Beta Minus, Delta, Gamma, Epsylon.

A chaque caste ses couleurs - noir pour Epsylon, kaki pour Delta, par exemple-, ses fonctions - les plus subalternes pour les Epsylon Minus, les plus hautes pour les Alpha +.

De par des séances d'hypnose, chacun est formaté pour aimer sa condition, n'y trouver que des avantages, pour être heureux.

Pas de sentiments, pas de sexe, pas de mécontentement, pas de livres, tous ayant été brûlés, interdits, à l'exception de ceux écrits par Our Ford.

Tout le monde est heureux, et une dose de SOMA, la seule drogue autorisée, permet de remédier aux éventuels coups de spleen.

On multiplie les partenaires, avoir un seul amour et aimer la solitude sont signes de dégénérescence, sont mal vu de la société.

Mais voilà,si Lenina, une BETA +, aime cette vie, et mène une vie de Brave New World normale, d'autres se sentent en décalage par rapport à ce modèle aseptysé, qu'il est interdit de remettre en cause.
Bernard fait partie de ces "dérangeurs": Alpha+ au physique ingrat - le physique étant aussi signe de l'appartenance à une caste-, il aime la solitude, et refuse les paradis artificiels proposés - jeux comme les feelies, le SOMA, etc.


Emmenant Lenina avec lui dans une réserve de "Sauvages", où les humains qui y vivent, dans la plus grande misère, subissent encore les maladies, les virus, ont les organes et la peau qui vieillissent, se flétrissent, persistent à pratiquer d'obsolètes tradition comme vénérer le Christ, se marier, tomber enceinte, accoucher, avoir un père et une mère - mot des plus grossier dans Brave New World-, Bernard fait la connaissance d'un "Sauvage", John, né d'une mère originaire de Brave New World.

John accepte de venir à Brave New World, car, différent des autres sauvages, il en est exclu et se retrouve seul.


Nourri des écrits de Shalespeare, il va découvrir les vices et les vertus d'un monde artificiel, et bouleverser le fonctionnement de ce dernier, ainsi que la vie des gens qui l'entourent.






Image Hosted by ImageShack.us

Ce roman de science fiction est un essai sur la démocratie, sur le capitalisme, sur le communisme. Ecrit dans les années 20, alors que Ford est le modèle de réussite et de mono-pensée, - la Ford T, noire, fabriquée à la chaîne comme le sont les habitants de Brave New World-, "Brave New World" est un roman qui tente de nous emmener loin, mais nous ramène à une question irrésolue et peut-être irrésolvable: vaut-il mieux un monde unique et aspetysé, sans problèmes apparents, mais superficiel, ou un monde dans lequel les moustiques, la grippe, la vieillesse existent, au profit d'une culture riche,



Les deux mondes que proposent Huxley sont repoussants: on ne voudrait pas vivre dans un monde géré par le Soma et l'Hypnose, mais accepterait-on de vivre dans une réserve, sans eau, éléctricité, dans le désert?Pourtant Huxley se base sur la réalité sopcio-politique de l'époque. Certes la Seconde guerre Mondiale n'est pas encore passée, et l'eugénisme reste une notion acceptée sans trop de débats. Mais déjà la critique des mondes idéaux proposés par les doctrines républicaine, socialiste;communiste et capitaliste transpraît...


Un monde meilleur est à proposer, mais il semble que, pour le moment, il n'a été trouvé!



A lire, abolument, en anglais, ou alors dans une bonne traduction française - beaucoup de termes étant inventés, mieux vaut une bonne édition.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

framboisine 18/09/2008 00:03

je replonge dans le Meilleur des Mondes Gattaca est un film qui m'a bouleversée et le parallèle est incontournable avec le roman pré cité.Bel article qui devrait nous encourager davantage encore à la vigilance...

Zhealy 24/10/2008 22:50


Gattaca est terrible. Les images sont, pour certains, plus fortes que les mots.


Louis CHATEL alias Gros Louis 30/08/2008 13:03

Trop de boulot sur les blogs... plus le temps de lire :0085:
Bon WE !

Zhealy 24/10/2008 22:47


C'est pour cela que je ne suis plus sur les blogs...Je lis, vais au cinema et vis.


michel 29/08/2008 17:35

Merci pour ce très bon rappel Zhealy. J'ai lu "le meilleur des mondes" il y a belle lurette et il est vrai que cet ouvrage a  fortement imprégné plusieurs générations et laissé des marques indélébiles, telle que savoir toujours se méfier de ceux qui nous proposent leur conception du bonheur. Je ne sais plus qui a dit "Préservez moi de mes amis, je me garderai de mes ennemis" en tout cas il avait bien raison. Se méfier comme de la peste des bons amis qui commencent par nous proposer puis nous imposer "leur" vision du bonheur... Le message est évidemment valable pour tous les partis politiques et leurs inféodés ;o)Excellente fin de semaine.Bisous.Michel

Zhealy 24/10/2008 22:46


"Préservez moi de mes amis, je me garderai de mes ennemis"

Cela ressemble a du PASCAL...mais c'est peut-etre qqn comme Du Bellay...

Ou alors, je me trompe completement.

Merci de ta reflexion


souvienstoi 29/08/2008 17:10

Je vais  l'acheter  et le lire avec  grand intérêt......merci   amitié

Zhealy 24/10/2008 22:44


C'est un excellent livre, comme la plupart de ceux ecrits par Huxley ( Animal Farms vaut le detour as well)