TOKYO (M.Gondry, L.Carrax, B. Joon-Ho)

Publié le par Zhealy

TOKYO


Michel Gondry

Leos Carrax

Bong Joon Ho





C'est un film que j'avais vu en avant-première en Août. J'étais ressortiavec une envie de dire ”往った”:

Oui, j'y étais, dans ce Tokyo.


Un Tokyo où les gens perdent leur âme et deviennent meubles  ( Interior Desing, de M. Gondry).


Un Tokyo où l'ordre et l'aspect propret sont chamboulés par une créature des égoûts, et où tout bascule dans une forme d'irrationnel génial ( les médias et les sectes autour de cette créature sont particulièrement réalistes, tout comme la réaction des japonais). (Merde, de L.Carrax).


Un Tokyo avec ses ermites (Hikikomori), et l'amour impossible et complètement délirant  ( la scène du tremblement de terre est hilarante) dans une ville tentaculaire, où cohabitent 12M de personnes, sans forcément communiquer? ( Shaking Tokyo, de B. Joon Ho)

 
J'avais adoré BABEL,  qui est, à ce jour, un de mes films préférés.


J'ai aimé Tokyo car j'ai eu l'impression d'y être. A chaque moment, j'avais envie de dire à mon voisin, " J'ai été là, et aussi sur Ginza, et dans ce parc, aussi". Les rues, les gens, l'agitation comme le calme des rues résidentielles en pleine journée, le fait que Tokyo est la ville où se transformer en chaise, semble, finalement, normal...


J'ai eu peur que ce film ne soit pas accessible à ceux qui ne sont jamais allée au Japon, ou qui ne connaissent rien à l'Asie.

Mais les échos de gens, que je rencontre au cinéma et avec lesquels je discute, qui connaissent ou non le Japon, sont positifs.



Tokyo est à voir:  c'est un film composé de trois films, sur le thème unique d'une ville fertile pour l'imagination humaine.

Publié dans Passionnément

Commenter cet article

michel 03/11/2008 13:43

Merci pour ta critique Zhealy. Actuellement sous le coude j'ai le DVD de "Lost in translation" ; déjà vu, mais il fallait que j'aie le DVD, sans doute son côté magique. Tokio et surtout Kyoto sont programmés, mais je ne sais pour quand, il faut que mon groupe d'amis donne le "la" pour que tous nous nous y précipitions...