L'Ikebana-Partie 2

Publié le par Zhealy

 
IKEBANA
生け花
 
LA VOIE DES FLEURS
 華道
 
 
 
 
L'Ikebana est un art très complexe, tant du point de vue historique  que de celui des écoles, des styles et des symboliques. C'est pourquoi, plutôt que de tout résumer dans un seul article, j'ai décidé de consacrer une série à l'art floral.
  • L'Historique de l'Ikebana -Partie A
  • L'Historique de l'Ikebana- Partie B
  • Les différents styles
  • Les symboliques de fleurs, feuilles, tiges et de leur arrangement dans l'espace
  • L'ikebana et les autres Arts japonais
 
 
Ikebana- Partie B
L'Historique de l'IKebana
 
 
 
La particularité de l'Ikebana au Japon est cette ambivalence permanente entre le faste et la simplicité.
 
Le Furyô, par exemple, prône une simplicité, mettant en valeur l'harmonie et la beauté, l'élégance avant tout.
 
Mais à la fin du 16ème siècle Hideyoshi, mécène mais ne concevant que les choses en grand, influença la vision de l'Ikebana en donnant aux créateurs floraux des moyens considérables.
 
 
Ceci eut pour résultat la création des Rikka, dont la hauteur pouvait atteindre 13 mètres.  Le maître d'arrangement floral Sen no Rikyû, créait des arrangements monumentaux pour les cérémonies Bouddhistes et la décoration des palais de Hideyoshi.
 
 
Parallèlement à cette opulence du Rikka, et s'opposant à ce dernier, le concept de Wabi naquît,  avec le style Nageire. Nageire signifie "Fleurs Introduites", et est une pensée qui ramène l'Ikebana à sa première valeur, celle sacrée d'hommage à Bouddha.
 
nageire 
 
C'est ce même maître, Sen no Rikyû, qui inventa le Chabana. Cela signifie "Fleurs du thé".  C'est un arrangement simple appelé, comme écrit ci-dessus, Wabi.
 
 
 
chabana
 
 
Au faste des bouquets Rikka, réalisés pour les cérémonie s'opposa alors le Nageire, dont les maîtres mots sont sobriété et simplicité. Souvent l'arrangement floral se constituait d'une seule fleur dans un vase en terre cuite.
 
 
Mais au 17ème siècle, l'arrangement floral prend une nouvelle valeur: en effet; jusqu'à cette période, l'art floral  était influencé par la philosophie Bouddhiste.
 
 
Mais l'arrivé au pouvoir du clan des Tokugawa a des conséquences politiques importantes. Le Shôgun Tokugawa encouragea le confucianisme au détriment du bouddhisme. Le confucianisme devint la base de pouvoir des Tokugawa, et établirent la capitale à Kyoto.
 
 
C'est à Kyoto, où l'art était encouragé et pratiqué à la cour, que l'arrangement floral prit le nom d'Ikebana.
 
 
Le Shôgun autorisa d'abord la seule famille Ikenobô, fondatrice de l'école du même nom, à utiliser ce nom pour les arrangements floraux.
 
 
 
Cependant d'autre écoles d'art floral ne tardant pas à faire leur apparition, et pour réguler une anarchi prévisible, le Shogun accorda le droit à l'emploi du nom de "Ikebana" aux écoles reconnues, et empêcha la trop grande prolifération de ces dernières en instituant la notion de transmission héréditaire, dite "Iemoto
 
 
Le Nageire, et ses valeurs d'intuition, de spontanéité et de simplicité, s'efface alors face au Rikka, dont les règles sont de plus en plus complexes.
                                              rikka
 
Tout au long du 17ème siècle furent publiés des ouvrages sur le Rikka et ses codifications, par l'école de l'Ikenobo. Paradoxalement, cet Ikebana partiqué par les nobles de la cour de Kyoto n'avait point de grands maîtres.
 
 
Cependant, peu à peu la classe marchande se prit d'intérêt pour l'art floral: c'est grâce à leur intérêt que l'Ikebana se répandit.
 
 
Non  seulement l'art se répandit parmi la population, mais elle elle devint autorisée pour les femmes. C'est ainsi au 18ème siècle que les femmes commencèrent à s'exercer à l'Ikebana. Jusqu'à cette période, l'art floral était une pratique exclusivement masculine, tout comme l'art de la voie du thé, ou la musique.
 
 
En conséquence, les tendances furent à nouveau inversées:
  • le Rikka voit ses règles être simplifiées
  • Le nageire est à nouveau vivement pratiqué
  •  apparition d'un nouveau style : le Shôka
 
                                               Shôka
 
Le nombre d'adeptes de l'Ikebana croissant, les écoles elles aussi se multiplièrent.
L'art floral inspira aussi les maîtres d'autres arts:
  • Les motifs floraux abondèrent sur les kimonos
  • Un groupe de Lettrés, dit "Bunjin", chercha dans l'ikebana la manifestation de la simplicité, de la spontanéité de l'esthétique chinoise, mère de la cultue japonaise. Ils créèrent ainsi un style du nom de Bujin Ike, pour retrouver les valeurs chinoises face au faste des nobles et de leur action sans rigueur.
 
 
Il faut préciser ici que le Japon a vécu en quasi autarcie pendant près de 300 ans, et que c'est l'arrivée des Américains dans le Port de Yokohama, en 1854, qui permit l'ouverture forcée du pays à l'Occident. Cette ouverture  a eu des conséquences sociales, politiques et artistiques considérables pour le Japon, et l'Ikebana n'échappe pas à l'influence de l'Occident.
 
                                         Yokohama, 1854
 
Ainsi le premier à avoir pris des fleurs occidentales pour la composition florale fut Ushin Ohara, et il en résulta la fondation d'une école, l'école du Nouveau Moribana - "Les fleurs groupées".
 
 
Au début du 20ème siècle, le jiyubana, 自由花, nouveau courant, naquît. L'objectif de ces maîtres était de rendre l'ikabana plus accessible et pas seulement réservé à la décoration des Tokonoma ou des autels bouddhistes.
 
 
En 1930, un manifeste fut publié, la "Prolamation du Nouveau Syle d'Arrangement des fleurs", pour exprimer leur volonté de se démarquer des maîtres du passé et de faire de l'ikebana un art décoratif.
 
 
                                                  jiyûbana
 
Ils créèrent l'école  Sôgetsu.
 
 
L'ikébana est un art bien vivant, et en 1966, l'Association Japonaise d'Ikebana comptait 130 écoles. SI le nombre a diminué aujourd'hui, les trois grandes écoles dominantes dans le paysage japonais et mondial sont bien:
  1. L'école de l'Ikenobô
  2. L"ecole de Ohara
  3. L'école du Sôgetsu
 
 
L'Ikébana est donc  pratiqué pour la décoration des temples bouddhistes et des tokonoma, mais aussi comme Art à part entière. Il est possible de prendre des cours et d'obtenir un diplôme pour la maîtrise de cet Art.
 
 
 
 
 
 PS: Le tokonoma est, dans les maisons traditionnelles, une sortes de petite niche de faible profondeur et au planché légèrement surélevé, destiné à recevoir un élément décoratif. Cf Photo ci-dessus.
 

Publié dans Passionnément

Commenter cet article

Christine ... 04/07/2006 16:08

Il est difficile d'imaginer que derrière l'Ikebana se cache autant d'histoire, autant de courants !!! Mais chaque composition est une oeuvre d'art et je ne boude pas mon plaisir !!! Merci de nous montrer tant de beauté, tant de perfection !!!Ton fond est superbe et la lecture s'avère facile si je sélectionne les textes .. donc tout va bien !!!Plein de bisous et bonne journée Zhealy !!!

Floral isa 04/07/2006 13:59

coucou zhealy, j adore ton fond d ecran, c est ton petit coin de jardin a toi, un petit havre de paix, et jolies créas florales, bisous fleuris,
petit cadeau pour toi, les roses d isa

@nne marie http://img157.imageshack.us/img157/148 04/07/2006 11:20


Bisous doux de la mer rouge@nne marie

Sissipaillette 03/07/2006 21:56

Bonsoir Zhéaly,
Ton fond est superbe et si je puis me permettre, il faudrait revoir pour la couleur des caractères car parfois la lecture est difficile.
Je ne pensais pas que ces mises en scène florale qui ont l'air tellement simple soient chargées d'autant de signification. Contente de m'enrichir d'une culture que je ne connaîs pas du tout, et cela grâce à toi.
Merci pour tes passages chez moi, c'est super gentil.

Fredogino 03/07/2006 11:20

Ouh lààà... très difficile de lire... Dommage, Ikebana, c'est un truc qui m'interpelle...